Denis Charolles - photo dolphy00
Denis_Charolles

Denis Charolles est le démiurge du Festival "La Belle Ouïe" qui se déroulera du 19 au 21 avril prochain au Lavoir Moderne Parisien (rue Léon, dans le 18e arrondissement de Paris).
Programmation très alléchante avec bien des surprises à la clé.

C'est aussi un musicien, mais il est assez difficile de situer sa musique.
Il joue de la batterie, c'est sûr.
Mais il vient sur scène avec un cageot rempli d'objets divers, de préférence en métaux variés afin de les faire sonner, de les entrechoquer d'une manière plus ou moins aléatoire. Le seul fait de marcher (eh oui, il ne peut se tenir, comme tout le monde, derrière sa batterie bien longtemps) ou de fouiller dans son cageot d'Ali Baba est l'occasion de les remuer, de les bousculer pour donner à ouïr.
Et s'il se contentait de percussions ...
Il se plait à torturer une guitare, posée à même le sol, les cordes entravées de barres de métal et titillées par des baguettes (on retrouve sa batterie), des sons plus ou moins amplifiés, triturés. Un pied joue de la guitare (!), l'autre pied assurant un équilibre bien précaire.
Et là, il se met à chanter, d'une voix un peu fluette (surprenant pour la taille du bonhomme) prenant parfois une voix de fausset, des textes acidulés, avec des images d'un merveilleux tout de clinquant voisinant la désespérance, comme l'Amérique de Las Vegas ou d'Hollywood excelle à produire.
Peut-être est-il avant tout poéte sonore. Tout est bon pour nous offrir des voyages brinquebalants, cahotiques, faits de bruits, d'images, de mélodies d'une simplicité désarmante, qui restent en oreilles longtemps :
    Hollywood est un arc en ciel,
    Un immense arbre de Noel
    Sa splendeur couvre l'horizon
    D'un incendie rose bonbon
Petite incursion de 8 minutes dans ce monde de merveilleux de bric à brac, aux antipodes de celui du Magicien d'Oz.
Cela se passait en octobre 2010, au Studio de l'Ermitage, dans le cadre d'un concert /// Luigi 404 ///, qui proposait aussi d'entendre Kumquat et Oui Monsieur (voir prochain concert).


...

Après cet épisode, il s'empare d'un trombone pour en explorer les graves, en résonnances et chocs avec sa batterie, qu'il retrouve, l'auscultant, tâchant d'en extraire ce qu'elle aurait encore à dire en cette fin de concert ...

Un personnage étrange et attachant, et un festival des musiques à ouïr à son image.