Berrocal, Potage, Parle - photo dolphy00
11_03_012_50_Berrocal_Potage_Parle

On vit dans un stress contagieux en raison de ce qui pourrait devenir l'hiver du Japon.
Et on ne sait que faire.
Ironie de la situation : nous sommes dans le même temps en train de fêter le Printemps des poètes.
La vie continue de se dérouler, malgré les tragédies nucléaires ou celles dues à un tyran du désert.
Samedi dernier, à la Galerie Limitis, exposition des oeuvres de Michel Potage et performance.
Il s'agissait d'accompagner la sortie d'un LP "Occupé", suite d'un précédent enregistrement de 1977 mais sorti qu'en 97. On le voit, c'est une aventure qui prend son temps, avec des amitiés qui tiennent.
Michel Potage est donc cet artiste multiforme, graphiste (il expose ses oeuvres à la Galerie Limitis), poète et performeur, musicien (la guitare), réalisateur de boucles sonores diffusées en avant concert ("des corbeaux délicieux").
Il était entouré d'un Jac Berrocal, toujours réfugié derrière des lunettes noires, et d'un Claude Parle emmitouflé dans une laine épaisse.
Des mots étranges, projetés sans recherche d'effets (sauf dans la bande pré-enregistrée). Un Jac Berrocal aux déchirures éclatantes. Et un Claude Parle libérant par moments l'énergie d'un fauve.
On pourra s'en rendre compte sur cette séquence.

Dans la deuxième séquence, Michel Potage s'accompagne à la guitare pour des "silences incolores", alors que Jac Berrocal entame une forme de blues étrange, éraillé, avec sa trompette toute emmaillotée, et que Claude Parle, n'y tenant plus, doit se lever pour déployer des soufflets puissants. Un superbe moment.

Enfin, pour terminer, un petit album. Pour l'ouvrir, il suffit de cliquer sur la photo :

11_03_012_29_Michel_Potage
...

Le thème "Jazz & Poésie" a été retenu par un groupe de blogueurs qui se retrouve à chaque début de saison pour publier le même jour (ou presque) un article sur un thème commun.
Ces articles seront en ligne dès lundi.
Les liens seront indiqués lorsqu'ils seront connus.
Donc, rendez-vous sur ce même article lundi 21 mars, pour fêter le printemps avec ces fondus de jazz.

---
Toutes les contributions à "Jazz & Poèsie"

Avec le temps, Youn Sun Nah (Ptilou)
Nicolas Kummerts Voices (Jazzques)
Gil Scott-Heron We almost lost Detroit (JazzFrisson)
La poïelitique de l'amusicien Bernard Lubat (JazzAuCentre)