On n'est pas sur les terres du jazz, mais en lisière de la musique improvisée et de l'électronique.
Les puristes du jazz pourront donc zapper.

Pascal Le Gall
10_09_19_Pascal_Le_Gall_5_Naxos

Il s'agit d'un travail en direct à partir d'un électrophone de décennies antérieures et d'un disque, un 33 tours.
De ce disque, on n'en saura rien ou presque.
Il est placé sur la platine, et après un moment de silence, Philippe Le Gall pose soigneusement le diamant à un endroit sélectionné du disque, monte le son, règle la vitesse de lecture assez bas pour que rien ne soit reconnaissable.
L'enjeu est de nous donner à déguster des sons étranges, qui font musique (on y retrouve l'élément quasi constitutif : la répétition, déjà là sur la galette). Et potentiellement, c'est toute la discothèque vinyle de chacun qui est susceptible de nouvelles écoutes, qui ouvre sur un nouvel univers.

Des éclats sonores, des psalmodies graves, des déclarations incompréhensibles.
Deux courtes séquences vous sont proposées. A écouter sans tenter d'y associer quelque référence que ce soit :

...

Petit sourire : certain ont cru reconnaître les mots "This is bullshit", répétés par l'assistance en une messe surréaliste. Choix de Le Gall ou hallucination du public ?

A la sortie, des enregistrements sont disponibles, gratuitement. Vous n'y étiez peut-être pas, mais vous pourrez les entendre sur le site de Pascal Le Gall .