Cecil Taylor, photo allaboutjazz Cecil Taylor - photo Allaboutjazz

On trouve à présent des vidéos "full album", comprenez des mises en ligne de disques complets, illustrés de quelques images fixes (parfois une seule). J'imagine qu'il est probable que ces vidéos seront un jour effacées. On m'a bien demandé de supprimer la vidéo d'un ciné-concert (enregistré avec l'aval des musiciens) autour d'un film des années 20 !

Il est vrai que rester une heure devant des illustrations souvent ineptes n'est pas un encouragement vibrant à l'écoute de l'album.
Dans la vidéo proposée, "Nailed", on nous montre des clous, des marteaux, et comme si cela risquait de tarir notre attention (vous croyez ?), on nous en montre certains usages éclairants, comme la crucifixion (judicieux, n'est-il pas ?), puis des os de mains, de pieds ... Un vrai régal vous dis-je.
C'est pourquoi j'ai hésité à vous en parler.

Mais la musique, surtout lorsqu'elle est relayée vers un équipement audio correct, balaie toutes les réticences.
C'est qu'il s'agit là d'un déferlement musical assez impressionnant.
Imaginons quatre musiciens parmi les plus créatifs : Evan Parker, Cecil Taylor, Barry Guy, Tony Oxley.
Comme dans la grande tradition du Free, pas de voix dominante. Chacun a son propre discours, l'écoute exacerbée des autres en sus.
Un Cecil Taylor comme enragé, insatiable, doté d'une énergie inépuisable, acceptant chichement, comme à regret de légèrement amoindrir l'intensité de son jeu ... juste quelques instants. Par courtoisie ? En raison de discours tout aussi véhéments, inventifs de chacun des trois autres ? Pour ne pas faire exploser les micros d'enregistrement ? Pour éviter l'arrêt cardiaque de l'un d'entre eux ? de l'ingénieur du son ?
Nous sommes bien loin de l'ambiance cosy d'un piano bar enfumé où l'on déguste négligemment quelques alcools.
Ici, soit on zappe plus ou moins l'écoute (je vous surveille), soit on est "cloué" (nailed) au fond de son fauteuil plus d'une heure durant, submergé par ce torrent musical qui nous laisse sans répit. Et si l'écoute se fait plus sélective au gré de la curiosité de l'instant, la richesse du discours de chacun explose. On regrette de ne pas disposer de quatre sorties sonores, une par musicien.

Cet album, Nailed, comporte deux plages, de 52 et 26 minutes. Il a été enregistré à Berlin en 90, lors d'un séjour particulièrement fructueux au plan discographique.

First Part

Lien direct : http://youtu.be/T4K8kCOEK-o
---

Last Part (une plage un peu plus "sage")

Lien direct : http://youtu.be/3sEM7fWaWDc
---

Un peu de lecture pour finir, mais en anglais.
Une chronique du disque  , et quelques pages biographiques : Wikipedia, allaboutjazz, scaruffi, all music .