Un soir un train, vers Paris.
Il lit un extrait de livre, pages arrachées d'un ouvrage collectif. Mon oeil s'attarde sur le nom de l'auteur, un penseur faisant le pont entre cultures grecque et chinoise, explicitant la seconde pour mettre en lumière nos propres cadres mentaux hérités des hellènes.
Nom de l'ouvrage ? La discussion s'engage. Y passent bien vite tous les problèmes du monde ... et l'amour du jazz ... avec en point d'orgue une passion commune pour la Miroiterie. Oui, bien sûr, Benjamin Sanz et ses jams insensées.
Echange de mails, quai de gare et chemins qui divergent.
Le 28 mars, ultime jam à la Miroiterie ? Qui sait ?
Du monde, beaucoup.
Réglages des instruments des artistes, du mien (la machine à photos). Coup d'oeil circulaire. L'homme au livre est là, et la mémoire de ce voyage, de nos propos.
Benjamin nous rejoint en s'exclamant, tout sourire. Photos bien sûr. Puis il repart accueillir les autres musiciens : bises, tapes dans le dos, éclats de rire.
On attend Grégory Privat pour démarrer. Il est déjà là ? Quelle heure est-il ? OK, on y va.

Une batterie, un percussion, une guitare basse, une table DJ et un clavier, cinq instrumentistes pour une impulsion puissante tout le set durant.  Une assise de rêve pour des improvisations sur divers instruments : violon, saxes, trompettes, flute, tuba, voix et instruments du sud. Rencontre de l'Europe, de l'Afrique et de l'Amérique.

Quelques images. Il suffit de cliquer sur la photo.
10_03_28_09_Rafael_Paseiro___Benjamin_Sanz
Rafael Paseiro - Benjamin Sanz

Pas de concert en première partie, pas de seniors ni de figures bien installées de la scène parisienne.
C'est la jam, directement, avec beaucoup de musiciens.
Monter sur scène est un peu difficile. C'est déjà pas mal rempli. Cela déborde vite. Alors on joue assis au pied de la scène, ou debout face aux autres musiciens, ou encore au milieu de public. L'important est de jouer, de participer à cette fête, à cette catharsis face aux petitesses de la vie.
Ce jour là,en effet, il s'agissait de tenter de sauver la Miroiterie, de marquer son attachement à ce lieu d'exception, de partager le vin et le pain, d'aller témoigner face à cet autre lieu de culture, Pompidou. Puis de se rassembler, le soir, pour jouer.
Dehors, la fraicheur de ce printemps encore balbutiant.
Dedans, une ambiance torride.
On en jugera sur cette vidéo.

...

Site myspace de Benjamin Sanz : http://www.myspace.com/benjaminsanzquintet ;
Il est aussi possible de le joindre sur Face Book, ainsi que la Miroiterie.